Gouvernement du Québec
GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

15decembre2005

Chroniques précédentes
Version imprimable
Abonnez-vous!

Lancer la recherche

Le Profil québécois des métadonnées
Un grand pas dans la normalisation de l'information géographique

Par Jocelyne Malboeuf

En appui à la volonté gouvernementale de faire connaître l’information géographique, le Plan géomatique du gouvernement du Québec (PGGQ), en collaboration avec le ministère des Services gouvernementaux (MSG), a élaboré le Profil québécois des métadonnées. Le Profil est un document normatif bâti en fonction des besoins du gouvernement du Québec et, en ce sens, un point de convergence entre producteurs et diffuseurs. Il décrit les informations géographiques, qu’elles soient des produits (cartes, images, etc.) ou des objets (routes, bâtiments, lacs, etc.). Nul doute qu’il permettra de faire un grand pas dans la normalisation de l’information géographique et de favoriser ainsi l’échange de données.

Qu’est-ce qu’une métadonnée?

Selon l'Office québécois de la langue française, une métadonnée est une « donnée qui renseigne sur la nature de certaines autres données et qui permet ainsi leur utilisation pertinente. » Elle facilite la compréhension d'un objet dans son contexte et, par ricochet, le fait connaître.

Le Profil

Élaboré à partir de la norme ISO 19115, l e Profil est un ensemble de métadonnées structurées selon une perspective documentaire permettant de  :

  • renseigner un utilisateur sur l’existence d'une quelconque information géographique (un produit, une série, un jeu de données, un thème, un objet géographique, une primitive, une référence);
  • répondre aux questions quoi, où, quand, qui, comment;
  • informer sur tous les aspects de la gestion de l’information géographique;
  • permettre la gestion par héritage entre ces objets;
  • gérer tout aussi bien les documents numériques, tant matriciels que vectoriels, que les documents imprimés.

Le Profil comporte trois composantes :

  • un dictionnaire de données, qui définit chaque métadonnée au moyen de 12 descripteurs;
  • un ensemble de domaines énumératifs, qui codifient certaines métadonnées;
  • un modèle conceptuel, qui schématise le contenu du dictionnaire.

Le Profil contient environ 500 métadonnées structurées en 15 sections : métadonnée; identification; description; étendue; contenu; contrainte d’utilisation; mise à jour; qualité; représentation; système de référence; diffusion; environnement technologique; catalogue de représentation; modèle de données; ajout de métadonnée.

Les sections sont réparties sur trois niveaux d'information qui témoignent du degré d’enrichissement de la connaissance de l’objet.

Principal 

Niveau voué à la découverte, il constitue le fondement et est essentiel à la connaissance.

Enrichi 

Niveau dit « de catalogage », il fournit une description précise de l'objet

Complémentaire 

Niveau qui apporte un supplément d’information très spécialisé.

La normalisation, un besoin connu et reconnu

Au sein de la communauté géomatique, producteurs comme gestionnaires s'accordent à dire que la normalisation est essentielle. En font foi, un ensemble d'orientations et de politiques gouvernementales, notamment le Cadre de gestion des ressources informationnelles, l’Architecture d’entreprise et le Cadre commun d’interopérabilité. Tous soulignent invariablement la nécessité de systématiser le catalogage de l'information géographique.

Par ailleurs, tous les organismes dont le mandat comporte une connotation territoriale développent des systèmes d'information géographique dans lesquels ils importent, créent et exportent des données géographiques. Actuellement, des entrepôts de données sont en gestation dans différents ministères. Dans ce contexte, faire connaître son capital respectif de données dans un langage commun et normalisé est primordial.

Outre sa capacité de faire connaître et de permettre l'échange fluide des données géographiques, la documentation des métadonnées peut également soutenir la planification des interventions de connaissance géographique. Voilà un point non négligeable en faveur de la cohérence gouvernementale et de l’amélioration de la performance.

L’utilisation du Profil, plus que souhaitable!

À l’automne 2005, le Profil a été adopté par le Comité directeur du PGGQ. Ce comité est formé de producteurs ou intégrateurs d'information géographique provenant des ministères et organismes suivants : ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, ministère des Ressources naturelles et de la Faune, ministère de la Sécurité publique et ministère des Transports.

Le Profil est d’abord et avant tout une norme qui devient le lieu de convergence entre producteurs et diffuseurs de données géographiques. Des quatre catégories de standard établies par le MSG, la Pratique recommandée est l’avenue de mise en œuvre qu’emprunte le Profil.

Par cette initiative, le PGGQ s'inscrit formellement dans le Cadre commun d'interopérabilité qui, rappelons-le, est d'application obligatoire pour tous les ministères et organismes soumis à la Loi sur l'Administration publique. L e PGGQ consolidera ainsi son rôle de concertation en matière d'information géographique gouvernementale et permettra au Profil de faire son chemin et de devenir une pratique plus que souhaitable!

Le Catalogue de l’information géographique gouvernementale,
une première utilisation du Profil

Avec le Profil, nous savons comment décrire l’information géographique. Encore faut-il la recenser. C’est le rôle du Catalogue de l’information géographique gouvernementale (le CIGG) dont la base de données est structurée selon le Profil. Le CIGG est un système documentaire qui établit le bilan et la description de documents à teneur géographique; il ne comporte pas de données géographiques, pas plus qu’il n'est un outil transactionnel. L’architecture du CIGG, à laquelle ont collaboré les principaux producteurs d’information géographique gouvernementale, est chose faite et le développement a débuté en octobre 2005. Le CIGG sera d’abord implanté au sein du Secteur du territoire du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, puis graduellement à l’ensemble des producteurs d’information géographique gouvernementale.

Consultez le profil québécois des métadonnées dans la bibliothèque du Québec géographique : http://www.quebecgeographique.gouv.qc.ca/approfondir/bibliotheque/normes.asp

Renseignements :

Jocelyne Malboeuf
Bureau de l’information géographique gouvernementale
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune
Téléphone : (418) 627-6250 poste 2138
Courriel : jocelyne.malboeuf@mrnf.gouv.qc.ca



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2005