Gouvernement du Québec
GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

aout-2008

Chroniques précédentes
Version imprimable
Abonnez-vous!

Lancer la recherche

Le Réseau GEOIDE, une première décennie aux résultats concrets!

Par Luc Gravel

Près de 280 personnes ont assisté à la 10e conférence scientifique annuelle du réseau GEOIDE, qui avait lieu à Niagara Falls du 28 au 30 mai 2008. Cette année, après une décennie de travaux de recherche, les projets de GEOIDE ont atteint un tel niveau de maturité que le transfert des connaissances auprès des partenaires est bien enclenché. Des résultats concrets sont atteints dans les domaines de la santé, des ressources naturelles et de l’environnement, de la faune, de la sécurité ainsi que de l’éducation.

Au cours de la conférence, le Dr Yvan Bédard, professeur-chercheur au Département des sciences géomatiques de l'Université Laval, a été élu pour agir comme représentant des chercheurs au conseil d'administration du réseau GEOIDE.
L'équipe du centre d'affaires qui appuie le directeur administratif du réseau GEOIDE : M. Nicholas Chrisman, directeur scientifique, et son assistant, M. Gilles Cotteret, M. Réal Choquette, directeur administratif, et son adjointe aux finances et à l'administration, Mme Claude Lévesque, ainsi que Mme Kim Tran, responsable des communications.

Au cours de la conférence, le Dr Yvan Bédard, professeur-chercheur au Département des sciences géomatiques de l’Université Laval, a été élu pour agir comme représentant des chercheurs au conseil d’administration du réseau GEOIDE.

L’équipe du centre d’affaires qui appuie le directeur administratif du réseau GEOIDE : M. Nicholas Chrisman, directeur scientifique, et son assistant, M. Gilles Cotteret, M. Réal Choquette, directeur administratif, et son adjointe aux finances et à l’administration, Mme Claude Lévesque, ainsi que Mme Kim Tran, responsable des communications.

Le réseau GEOIDE, un panier de projets bien rempli!

Le réseau GEOIDE réunit 317 chercheurs, dont 40 de l’étranger. Au nombre des partenaires du réseau figurent 31 universités, dont 9 du Québec, 43 entreprises, dont 12 du Québec, et 46 organismes publics, dont 7 situés au Québec. Une vingtaine d’universités étrangères participent au réseau GEOIDE. Parmi elles, quatre sont américaines, trois, chinoises, une, brésilienne, et les autres, européennes. Six partenaires principaux et quatre partenaires industriels font partie du conseil d’administration du réseau :

  • Ministère des Ressources naturelles du Québec (MRN);
  • Integrated Land Management Bureau, British Columbia Agriculture and Lands;
  • Ontario Centres of Excellence;
  • Pêches et Océans Canada;
  • Défense nationale Canada;
  • Ressources naturelles Canada;
  • PCI Geomatics;
  • MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA);
  • ESRI Canada;
  • KHEOPS technologies.

Le panier de projets en cours et à venir pour le réseau GEOIDE se présente ainsi :

  • 17 initiatives d’investissement stratégique (IIS);
  • 19 projets de la phase III, qui se termine le 31 mars 2009;
  • 9 projets pilotes retenus en prévision de leur acceptation finale pour la phase IV (2009-2012).

Dix années bien comptées ont suffi à produire des résultats de recherche pouvant mener à des applications commerciales. Dans certains cas, les projets permettent un transfert de connaissances auprès des partenaires des ministères et organismes du gouvernement du Québec, qui peuvent ainsi intégrer ces innovations technologiques à leurs processus de gestion.

Des résultats attendus dans le domaine de la santé

À partir des données issues du réseau de la santé des régions de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale, l’équipe du Dr Pierre Gosselin de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a développé un outil Web interactif innovateur pour mieux comprendre les vulnérabilités de santé liées au climat. Cet outil permet de suivre, par une série d’indicateurs géoréférencés, la propagation potentielle des maladies contagieuses favorisées par le réchauffement climatique au Québec. L’application a été développée à l’aide de la technologie JMap Spatial OLAP conçue au Centre de recherche en géomatique (CRG) de l’Université Laval et commercialisée par KHEOPS Technologies. Cet outil très convivial génère diverses représentations cartographiques des zones à risque. Les partenaires du projet, dont le ministère de la Sécurité publique (MSP), l’Institut national de santé publique du Québec et l’Agence de développement des réseaux locaux de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale , envisagent d’assurer la pérennité de cet instrument pour effectuer le suivi régional des conséquences des changements climatiques à partir d’un accès privilégié aux statistiques médicales et environnementales.

N.B : le prochain numéro de GÉOinfo sera consacré à ce projet.

Le projet de recherche intitulé Système d’information spatio-temporelle sur les maladies chroniques, ou SIST-MC, vise à développer et à rendre accessible en ligne un système d’information permettant d’interroger des données médico-administratives selon des découpages géographiques ou de population, et de produire instantanément les résultats sous forme de cartes, de tableaux et de graphiques. Ce projet est dirigé par le DAlain Vanasse du groupe de recherche Primus, affilié à la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke. Le logiciel auquel il a donné naissance intéresse au plus haut point les entreprises pharmaceutiques qui souhaitent mieux prévoir la progression de certaines maladies chroniques telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et l’arthrite. Ces travaux se poursuivront dans les prochaines années grâce à un financement du Fonds de la recherche en santé du Québec, du Réseau canadien de recherche sur la douleur et du programme ACCORD (Estrie). Par ailleurs, la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke envisage de présenter un projet de chaire en géomatique de la santé pour l’automne 2009, une première au Canada.

Des résultats nombreux et fructueux dans les domaines des ressources naturelles et de l’environnement

La Dre Charmaine Dean, spécialisée en mathématiques et statistiques,a reçu en 2003 un prix de reconnaissance pour sa contribution à sa discipline remis par la Société canadienne de statistiques et le Centre de recherches mathématiques de Montréal.
La Dre Charmaine Dean, spécialisée en mathématiques et statistiques,a reçu en 2003 un prix de reconnaissance pour sa contribution à sa discipline remis par la Société canadienne de statistiques et le Centre de recherches mathématiques de Montréal.

Un projet sur les forêts, feux et modèles stochastiques introduit la statistique pour développer un modèle dynamique de prévision de la progression d’un feu de forêt tenant compte de plusieurs facteurs topographiques, de l’état du sol et des vents dominants. Le territoire est ainsi quadrillé, et chaque unité statistique obtient une valeur par laquelle le modèle de comportement d’un feu sera établi. Ces travaux, dirigés par la Dre Charmaine Dean de l’Université Simon Fraser de Vancouver, ont conduit au développement d’un logiciel de simulation des feux de forêt, le système Prometheus. Au cours de la phase IV de GEOIDE (2009-2012), l’équipe poursuivra ses travaux sur la protection des forêts autour de trois thèmes : l’aménagement forestier durable, la gestion des feux de forêt et le raffinement du modèle de simulation des feux de forêt Prometheus. Les spécialistes de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) et du MRN suivent les travaux de la Dre Dean depuis quelques années. Ils envisagent de s’impliquer davantage pour adapter le modèle Prometheus aux paramètres topographiques du territoire québécois, sensiblement différents de ceux de l’Ouest canadien où a été développée la méthode.

Les travaux du professeur Phil Graniero de l’Université de Windsor, qui ont débuté il y a déjà cinq ans, ont amené le déploiement d’une infrastructure de capteurs Web intégrés pour le contrôle des bassins hydrologiques.Les réseaux de capteurs peuvent suivre les variations de débit et les polluants transportés dans un bassin hydrographique. Ils peuvent aussi mesurer les variations du taux d’humidité dans les sols forestiers. Six modules de suivi des paramètres concernant la dynamique d’un bassin versant ont été développés. Les entreprises Solinst et Measureland sont intéressées par la commercialisation de ce type de technologie. L’École polytechnique de Lausanne en Suisse participe à ces travaux, dont les résultats pourront être utiles au ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), à Hydro-Québec et au MRN.

La Dre Jacinthe Pouliot de l’Université Laval dirige un projet de développement d’une plateforme de modélisation 3D pour l’exploration, l’évaluation et la gestion efficace de la nappe phréatique et des ressources minérales et pétrolières. Sa motivation : le fait que les géoscientifiques doivent rechercher des solutions en matière de développement durable des ressources naturelles dans un contexte de croissance de l’industrie pétrolière, de l’industrie minière et du secteur des eaux souterraines. L’arrivée de nouveaux outils et techniques de modélisation 3D rend maintenant possible la construction de modèles géologiques 3D cohérents. Ce projet bénéficie de la participation du MRN, qui envisage d’utiliser les résultats de ces travaux pour développer une version 3D de son système SIGEOM. Ce projet s’éloigne des techniques d’acquisition de données spatiales pour se concentrer sur l’information et les techniques d’assemblage de connaissances qui permettront l’utilisation plus efficace des données géoscientifiques disponibles.
La Dre Jacinthe Pouliot, directrice des programmes d'études supérieures en sciences géomatiques et spécialisée en intégration de données spatiales et modélisation 3D.
La Dre Jacinthe Pouliot, directrice des programmes d’études supérieures en sciences géomatiques et spécialisée en intégration de données spatiales et modélisation 3D.

La Dre Monique Bernier se spécialise en télédétection appliquée au suivi des ressources en eau, particulièrement de la neige, de la glace de rivière, des tourbières et de l'humidité du sol.
La Dre Monique Bernier se spécialise en télédétection appliquée au suivi des ressources en eau, particulièrement de la neige, de la glace de rivière, des tourbières et de l’humidité du sol.
FRAZIL, un système basé sur l’utilisation des images satellite radar, a été mis au point pour soutenir la modélisation de l’écoulement hivernal des rivières et la prévision des inondations dues aux embâcles. Ce projet est sous la responsabilité de la Dre Monique Bernier de l’Institut national de recherche scientifique Eau, Terre et Environnement (INRS-ETE). Le ministère de la Sécurité publique (MSP) souhaite que ce prototype soit commercialisé et que les autorités municipales puissent l’utiliser en cas de désastre, notamment pour la rivière Chaudière. Les entreprises Kheops Technologies et ViaSat Géo Technologies s’intéressent à la question. Elles pourraient développer une version commerciale du logiciel. Pour avoir plus de détails sur ce projet, lire un article du GÉOinfo déjà publié à ce sujet.

La Dre Renée Sieber de l’Université McGill propose, pour la phase IV de GEOIDE, une approche interactive basée sur le Web 2.0 visant à impliquer le public dans la recherche de solutions pour adapter nos modes d’occupation du territoire aux changements environnementaux planétaires. Cet outil permettra au public d’interagir, sans se déplacer aux séances publiques, sur des situations ou des projets dans le contexte du développement durable et des changements climatiques.
La Dre Renée Sieber du Département de géographie de l'Université McGill a ouvert un blogue pour faciliter le débat d'idées sur les outils informatiques permettant d'adapter nos modes de vie aux changements climatiques.
La Dre Renée Sieber du Département de géographie de l’Université McGill a ouvert un blogue pour faciliter le débat d’idées sur les outils informatiques permettant d’adapter nos modes de vie aux changements climatiques.

Les projets du domaine de la sécurité publique : pour mieux protéger le public

Le Dr Bernard Moulin du Département de génie informatique de l’Université Laval a mis en œuvre un projet de géo-simulation multi-agents et multi-échelles pour assister les processus décisionnels relatifs à des simulations dynamiques spatiales multi-acteurs (MUSCAMAGS) . S’appuyant sur la simulation et les caractéristiques des lieux, ce projet a pour objectif d’analyser le comportement des personnes dans une situation d’urgence telle que les suivantes :

  • Évacuations;
  • Manifestations;
  • Émeutes;
  • Mouvements de foule;
  • Embouteillages;
  • Accidents.

Les résultats du projet Muscamags intéressent plusieurs entreprises privées, dont NSim de Montréal, DMR et CAE. Par ailleurs, la police de Québec, la Défense nationale et la Sûreté du Québec ont déjà demandé au professeur Moulin de les aider à préparer des interventions dans des environnements difficiles.

Un projet de réseaux de surveillance 3D, proposé pour la phase IV de GEOIDE, vise à tester les systèmes électroniques de surveillance des mouvements des personnes en y ajoutant la troisième dimension. Le professeur James Elder de l’Université York est appuyé en cela par la professeure Claire Samson de l’Université Carleton et par le professeur Frank Ferrie du Département de génie électrique et informatique de l’Université McGill. Ce projet est particulièrement intéressant pour la Sûreté du Québec et le MSP. Cette technologie permettra une surveillance à distance des mouvements des personnes.

Les champs de spécialisation du professeur Marc Gervais sont les principes de délimitation et de bornage, la qualité des données géospatiales, la gestion de projets en géomatique et les considérations éthiques et déontologiques.

Les champs de spécialisation du professeur Marc Gervais sont les principes de délimitation et de bornage, la qualité des données géospatiales, la gestion de projets en géomatique et les considérations éthiques et déontologiques.

Un autre projet pilote, intitulé Protection du public et diffusion éthique des données géospatiales : aspects sociaux et légaux, proposé par le professeur Marc Gervais de l’Université Laval, consistera à développer des solutions novatrices pour évaluer la qualité de l’information géographique et à contribuer à sa commercialisation responsable dans une optique de saine protection du public. Plus précisément, le projet vise à développer des principes de gestion permettant de diminuer ou d’enrayer les risques de sinistres et d’atteinte à la vie privée. Un guide des bonnes pratiques sera constitué.

Dans le domaine de la faune, les habitats marins à l’honneur

Au cours des dernières années, une équipe de l’INRS-ETE a diagnostiqué la qualité des eaux en rivière et en mer pour établir si les saumons de l’Atlantique étaient affectés par leur pollution ou si, au contraire, cet environnement avait été amélioré de manière à augmenter la quantité de saumons revenant en rivière. Ces travaux ont mené à une modélisation intégrée du mouvement des saumoneaux de l’Atlantique et de leur habitat dans les estuaires et en milieu fluvial . Les résultats des travaux d’observation de l’habitat marin dans la baie de Gaspé seront récupérés par Hydro-Québec, notamment pour l’aménagement de la rivière Romaine sur la Basse-Côte-Nord. Pour sa part, le MRNF, qui est un partenaire principal du projet, intégrera au travail de ses spécialistes les outils de télémétrie PIT développés par le projet.

Dans le domaine de l’éducation : la géomatique au service des jeux vidéo et de l’apprentissage

Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) est partenaire d’un projet pilote, GéoÉduc 3D, proposé pour la phase IV de GEOIDE et piloté par la professeure Sylvie Daniel de l’Université Laval. Ce projet a pour objectif de proposer des jeux interactifs éducatifs s’appuyant sur les technologies géospatiales. Il veut sensibiliser les jeunes aux questions environnementales et les amener à reconnaître les facteurs économiques et humains qui font évoluer leur milieu physique. Le but indirect de ce projet est de contrer le décrochage scolaire en offrant aux jeunes un environnement interactif d’apprentissage basé sur les nouvelles technologies de positionnement mobile. Outre les chercheurs des départements des sciences de l’éducation et des sciences géomatiques de l’Université Laval, l’équipe du projet se compose de :

  • Thierry Joliveau – Université Jean Monnet, Saint-Étienne (France)
  • Sylvain Genevois – Institut National de Recherche Pédagogique (France)
  • Tobias Höllerer – Université de Californie à Santa Barbara (Californie)
  • Gary Priestnall – Université de Nottingham (Royaume-Uni)
  • Sisi Zlatanova – Université de technologie de Delft (Pays-Bas)
  • Christian Licoppe – TELECOM ParisTech (France)
  • UBISOFT, Creaform, Poly9
Sylvie Daniel, professeure au Département des sciences géomatiques et récemment élue Conseillère - Secteur universitaire au Conseil d'administration de l'Association québécoise de télédétection (AQT).
Sylvie Daniel, professeure au Département des sciences géomatiques et récemment élue Conseillère - Secteur universitaire au Conseil d'administration de l’Association québécoise de télédétection (AQT).

Plusieurs projets de la phase IV de GEOIDE (2009-2012) intéressent les ministères et organismes du Québec

Au printemps 2008, le conseil d’administration de GEOIDE, à la recommandation du comité scientifique, a sélectionné neuf projets pilotes susceptibles de s’inscrire dans la phase IV, dernière phase subventionnée. D’ici décembre 2008, les leaders de ces projets doivent faire la démonstration que leur méthodologie de recherche est pertinente et susceptible de conduire à des résultats probants. Parmi ces neuf projets, cinq sont d’intérêt pour les ministères et organismes québécois. Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune aura à maintenir la liaison avec les ministères et organismes participant aux projets de GEOIDE afin d’assurer que les efforts consentis génèrent des résultats récupérables dans leurs processus de gestion et ouvrent la voie à la commercialisation de certaines applications, dans certains cas par des entreprises québécoises.

Renseignements :

Luc Gravel
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune
Bureau de l'information géographique gouvernementale
418 627-6250, poste 2162
luc.gravel@mrnf.gouv.qc.ca



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2008