Gouvernement du Québec
GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

mai-2013

Chroniques précédentes
Version imprimable
Abonnez-vous!

Lancer la recherche

Automatisation du processus de la production cartographique au secteur de la géomatique du MTQ

Par Marc Chikhani et Vincent Bouliane,
ministère des Transports du Québec

Le 10 avril 2013, le projet d’automatisation du processus de la production cartographique a été sélectionné pour un Octas par le réseau action TI dans la catégorie Transformation des processus organisationnels.


Figure 1 - Membres du secteur de la géomatique
ayant collaboré au projet

Le Secteur de la géomatique du ministère des Transports produit des cartes de série représentant le réseau routier pour le bénéfice de l'ensemble des employés du Ministère. Ces cartes sont offertes selon trois types différents de division territoriale : par municipalité, par centre de services et par direction territoriale pour un total de plus de 1700 cartes. Elles sont produites à des fins d'inventaire, d'exploitation et d'opération du réseau. Elles sont utilisées par un très grand nombre d’utilisateurs et sont disponibles en format PDF sur le site intranet du Ministère.


Figure 2 - Diagramme du processus
de la production cartographique

Avant l'entrée en vigueur du programme d'automatisation, le processus de production cartographique était manuel et s'étalait sur un cycle de trois ans; les cartes étaient conçues à l'origine de manière analogique sur papier. Par la suite, à l'aide d'Adobe Illustrator (figure 3), le processus de production est devenu numérique, mais exigeait toujours une forte intervention humaine. En effet, cet exercice nécessitait le travail à temps plein de deux cartographes pour produire l’ensemble des cartes sur une période d'environ trois ans. La contribution de professionnels en systèmes d'informations géographiques (SIG) était également nécessaire pour la collecte, la compilation et la validation des données géomatiques. Le processus de mise à jour de l’ensemble de la production des cartes de série employait donc environ 6,5 personnes/année.


Figure 3 - Carte produite selon le processus manuel

 

Afin d’intégrer au maximum l’expertise du personnel dans le contexte des départs à la retraite, le projet d’automatiser le processus de la production des cartes de série s’est mis en branle en janvier 2011. Ce projet avait plusieurs objectifs : profiter de l'expertise des cartographes en place avant leur départ, suivre l’évolution des technologies, simplifier le travail, réduire au minimum les interventions manuelles, exploiter les données officielles et, surtout, utiliser un seul logiciel SIG pour tout le processus.

Au centre du processus d’automatisation des cartes de série se trouve le programme d'automatisation conçu à l'aide du logiciel Visual Studio 2008 en langage VB.NET. Il se présente comme une boîte de dialogue (figure 4) permettant de guider l'utilisateur jusqu'à la production de cartes. Une fois les informations préliminaires saisies, relatives surtout à l'habillage de la carte, l'utilisateur a le choix de produire toutes les cartes de série d'un seul coup ou à l'unité, de manière spécifique. Le produit final peut aussi être en format PDF ou en MXD (session de travail, format ArcGIS). Le programme d’automatisation permet une production des cartes de série complètement automatisée. Par contre, mentionnons que quelques retouches manuelles demeurent nécessaires pour perfectionner le rendu cartographique et l’habillage de la carte. Par conséquent, il est maintenant possible de produire l’ensemble des cartes en un an, et ce, avec seulement un cartographe travaillant à temps plein sur le projet. Le nouveau processus de production des cartes fait donc baisser d’une manière importante le ratio ressource humaine/temps de production, qui passe de 6,5 personnes/année à 1 personne/année.


Figure 4 - Interface du programme d'automatisation

En plus de bonifier grandement l'efficacité de la production, ce projet a permis une amélioration du rendu visuel des cartes en y ajoutant notamment des éléments en couleur et en standardisant l’aspect général du produit fini (figure 5). Quelques défis majeurs sur le plan cartographique ont nécessité énormément de travail durant la réalisation du projet, soit ceux relatifs à la densité d'informations le long du réseau routier et le nombre très élevé d'étiquettes dans les cartes. Une configuration avancée des extensions et des logiciels de la suite ArcGIS nous a permis de contourner ces difficultés.


Figure 5 - Carte finale produite
par le programme d'automatisation



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2013