Gouvernement du Québec
GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

mars-2013

Chroniques précédentes
Version imprimable
Abonnez-vous!

Lancer la recherche

À la découverte des inventaires de poissons dans le Saint-Laurent

Par Marc Mingelbier et Yves Paradis,
Faune Québec

Faune Québec s’est associé à l’Observatoire global du Saint-Laurent (OGSL) pour mettre en ligne une carte interactive afin de diffuser les données des inventaires de poissons dans le Saint-Laurent. Cette carte, qui a été réalisée dans le cadre du Plan Saint-Laurent, est très attendue par les analystes du gouvernement du Québec, le grand public et les partenaires fauniques.

Pour l’instant, l’application Web fournit de l’information sur la répartition géographique des poissons d’eau douce et des poissons migrateurs dans le Saint-Laurent, ainsi qu’un contexte détaillé sur les méthodologies utilisées.

Les données proviennent du Réseau de suivi ichtyologique (RSI) et des explorations menées avec le navire de recherche Lampsilis, en collaboration avec l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le RSI est le fruit d’un travail colossal, effectué par une équipe passionnée, qui agit au-delà des frontières administratives grâce à la très grande complicité existant entre Faune Québec et les directions régionales situées le long du Saint-Laurent. Il est prévu d’ajouter très bientôt dans l’application, les données provenant de quatre pêches fixes de l’estuaire (Réseau d’inventaires des poissons de l’estuaire [RIPE]), et plus tard, un atlas sur les habitats vitaux des poissons soulignant, entre autres, l’importance de la connectivité.

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Consultez dès maintenant la carte interactive!

Pour en savoir davantage…

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Le Réseau de suivi ichtyologique(RSI)

Créé en 1995 dans le cadre du Plan d’action Saint-Laurent (PSL), ce programme d’inventaire de la faune aquatique unique en son genre consiste à prélever de façon standardisée et reproductible des données quantitatives dans le but d’évaluer l’état de santé de la portion québécoise des eaux douces du Saint-Laurent et de ses principaux tributaires.

Les données fondamentales qui résultent de ces inventaires ont une valeur inestimable. Elles sont utilisées à des fins multiples pour orienter les décisions de gestion et alimenter des recherches sur l’écosystème du Saint-Laurent. En voici des exemples :

Cliquez sur l'image
pour un agrandissement
  • gestion des stocks exploités;
  • état des communautés de poissons;
  • contamination de la chair des poissons;
  • modèles d’habitat;
  • impact du niveau d’eau du fleuve (régularisation et climat);
  • suivi de la réintroduction du bar rayé;
  • statut des espèces rares ou menacées, progression des espèces envahissantes;
  • féminisation par les substances oestrogéniques ou les molécules apparentées;
  • outils de référence pour l’identification des espèces.

Comme le fleuve est d’une grande envergure, il faut compter environ 6 ou 7 ans pour en couvrir toutes les sections entre l’Ontario et l’estuaire moyen, de sorte que trois cycles d’échantillonnage ont été réalisés entre 1995 et 2011.

L’initiative du RSI génère maintes retombées positives autant du point de vue scientifique que politique et connaît un rayonnement international. Les connaissances acquises lors des échantillonnages ont déjà permis la production de rapports (51), d’articles scientifiques (24) et de brochures, la présentation de communications orales d’envergure (48) ainsi que de très nombreuses utilisations dans le cadre d’études d’impact, d’expertises légales (habitat du poisson) ou d’avis fauniques (autorisations légales, consultations, projets de restauration, etc.) dans les régions limitrophes au fleuve. En se munissant d’outils tels que le RSI, le gouvernement du Québec répond aux engagements relatifs à la préservation de la biodiversité qu’il a pris en 1992 à Rio de Janeiro et reconduits en 2002 à Johannesburg.

L’Observatoire global du Saint-Laurent (OGSL)

Ce réseau regroupe des institutions gouvernementales et universitaires ainsi que des organismes à but non lucratif, et se consacre à l’observation et à l’étude du Saint-Laurent, afin de protéger et de mieux utiliser cet écosystème. L’originalité du réseau tient à la mise en commun de l’expertise des différents partenaires et de leurs données relatives au Saint-Laurent, qu’elles soient scientifiques ou socioéconomiques, et à l’accès libre qui en est offert. Suivez ce lien pour en savoir plus sur l’OGSL.



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2013