Gouvernement du Québec
GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

octobre-2012

Chroniques précédentes
Version imprimable
Abonnez-vous!

Lancer la recherche

Géomatisation des inventaires aériens
de la grande faune

Par Aïssa Sebbane,
Biologiste-géomaticien
Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs

Les plans de gestion des espèces de la grande faune comme l’orignal (Alces alces), le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) et le caribou (Rangifer tarandus) s'appuient sur la densité des populations. L'inventaire aérien est une technique très efficace qui permet de mesurer directement l'abondance et la répartition de la grande faune sur des territoires très vastes.

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Composition d’une équipe d’inventaire aérien
de la grande faune

Les inventaires aériens sont généralement effectués à l’intérieur des zones de chasse ou dans des unités administratives comme les réserves fauniques par une équipe d’inventaire composée d’un pilote, d’un navigateur et de deux observateurs.

Les données recueillies lors des inventaires sont souvent associées aux données de la chasse. Cela permet d’estimer le taux d’exploitation par la chasse et de décrire l’évolution des populations. Ces données améliorent ainsi les connaissances sur l’abondance des populations afin de mieux gérer les stocks fauniques.

L’organisation des programmes d’inventaires aériens a été mise en place par le gouvernement du Québec dans les années 1960 et 1970. Les méthodes d’inventaire dépendent de l’espèce visée, de son comportement et de la nature de l’habitat qu’elle fréquente. Les aéronefs (avions et hélicoptères) sont généralement utilisés afin de couvrir efficacement de grands territoires.

La géomatisation des inventaires aériens de la grande faune est devenue possible grâce à l’émergence de logiciels géomatiques destinés aux applications de cartographie mobiles, à l’essor de la navigation GPS et à l’apparition de nouveaux équipements de terrain performants comme les ordinateurs portables de type tablette et « Pad ».
Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Les principales composantes de la géomatisation
des inventaires aériens de la grande faune

 

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Procédure de la géomatisation des inventaires aériens de la grande faune
L’objectif est de passer de la prise des données de terrain sur support papier à la prise des données entièrement informatisée afin d’améliorer les conditions de travail de l’équipe d’inventaire et de rehausser la précision des données collectées. La collecte automatisée des données a nécessité la conception de programmes informatiques personnalisés appelés « Outils ArcPad pour les inventaires aériens de la grande faune ». La figure ci-contre résume la procédure de la géomatisation d’un inventaire aérien de la grande faune.

 

Actuellement, quatre outils ArcPad pour les inventaires aériens de densité du cerf de Virginie, de l’orignal et du caribou des bois ont été conçus. La figure ci-contre montre à titre d’exemple l’outil ArcPad d’inventaire de densité de population de l’orignal.

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Outil ArcPad d’inventaire de densité
de population d’orignal

Lors du survol de la zone d’inventaire, le navigateur suit des lignes de vol et procède à la saisie, à l’aide des boutons préprogrammés des outils ArcPad, de l’information transmise par l’observateur gauche et l’observateur droit. En plus des localisations, les données saisies peuvent êtres des pistes, des ravages, des vieux ravages, le nombre et le sexe des individus observés qui sont obtenus en cliquant sur les boutons préprogrammés. Le navigateur a la possibilité aussi de saisir des observations particulières jugées pertinentes, en sélectionnant les observations préprogrammées de la liste déroulante des outils ArcPad.

Cliquez sur l'image pour un agrandissement

Structure et représentation du fichier d’inventaire résultant de l’utilisation de l’outil ArcPad pour les inventaires aériens de densité de l’orignal
À la fin de l’inventaire, on obtient un fichier géodescriptif de type « point » en format Shapefile d’ArcGIS . Chaque point est identifié par une ligne dans la table descriptive dbase (.dbf) du fichier d’inventaire.

Conclusion

La géomatisation des inventaires aériens est une méthode innovatrice, basée sur des technologies modernes. Elle apporte une différence substantielle à la méthode traditionnelle de récolte des données. La géomatisation présente les nombreux avantages suivants :

  • Cartes numériques plus riches en information (topographie, chemins forestiers et activités sylvicoles, MNT, etc.), offrant donc une meilleure représentation de la zone d’inventaire,
  • Information en temps réel de la position exacte de l’équipe d’inventaire sur le territoire grâce au GPS, augmentant ainsi la précision des données recueillies,
  • Convivialité d’utilisation, rapidité de la collecte des données et réduction de l’encombrement que peuvent causer les cartes et les formulaires papier à bord des aéronefs,
  • Données résultantes entièrement numériques donc facilement transférables aux réseaux informatiques,
  • Intégration directe des données de terrain dans les systèmes d’information géographique à des fins d’analyse.

Les outils ArcPad ont été utilisés pour la première fois à l’hiver 2012 par différentes équipes régionales dans leurs travaux d’inventaire. Les résultats ont été concluants et les utilisateurs ont su tirer profit de tous les avantages que présente cette nouvelle méthode de récolte des données d’inventaire.

Référence à citer :

SEBBANE, A., L. PAQUIN, M. BÉLANGER et S. LEFORT (2011). Géomatisation des inventaires aériens de la grande faune. Guide d’utilisation des outils ArcPad pour les inventaires aériens de la grande faune. Ministère des Ressources naturelles, Direction de l’expertise sur la faune et ses habitats. 59 p.



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2012