Gouvernement du Québec

GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

Avril 2006

Des outils géomatiques
au service du monde scolaire

Par Guy Rochon et Claide Gosselin

Entente Canada-Québec sur l'utilisation des données RADARSAT

Cet article présente les résultats d'un projet réalisé dans le cadre du Programme de développement d'applications en observation de la Terre (PDAOT) de l'Agence spatiale canadienne et de l'Entente Canada-Québec sur l'utilisation des données RADARSAT. Cette entente a été signée en 1998, puis renouvelée pour trois ans en juin 2002. Sa gestion relève de l'Agence spatiale canadienne, du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation et du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Au Canada, il y a peu de didacticiels incorporant de la géomatique qui répondent aux besoins d’apprentissage aux niveaux secondaire et collégial. Ceux qui existent contiennent surtout des cartes images qui ne comportent ni outils ni fonctions complémentaires pour naviguer ou les utiliser. Ce projet est une réponse à ces besoins. L’approche suivie repose sur la conception d’une trousse d’outils mise à la disposition des intervenants, enseignants et professionnels du milieu scolaire, pour produire des applications complètes : scénario d’apprentissage, guides, fonctions géomatiques permettant de découvrir le territoire et les objets qui y sont rattachés, images d’observation de la terre, données géospatiales complémentaires et fichiers connexes (images, sons, vidéos, etc.).

Comment répondre aux besoins pointus du milieu scolaire?

Au Québec, la réforme scolaire se fonde sur une approche nouvelle d’acquisition de connaissances. L’étudiant doit d’abord apprendre à apprendre et à découvrir, en bonne partie par lui-même, les connaissances rattachées aux différents thèmes définis par le ministère de l’Éducation. Dans ce cadre pédagogique, l’enseignant a une grande liberté quant aux sujets et aux moyens de découverte. Des moyens d’apprentissage, comme un manuel ou un CD-ROM dont les contenus sont fixes, ne peuvent plus servir d’appui unique à cette approche. Il faut des outils qui peuvent être modifiés et adaptés à la clientèle, aux objectifs de l’enseignant et aux sujets abordés.

Dans ce contexte, la conception d’applications informatiques pouvant présenter cette souplesse, tant pour les enseignants que pour les étudiants, commande une approche à deux niveaux. D’abord, offrir aux enseignants, et aux professionnels qui les assistent, une gamme d’outils aussi simple que le couteau suisse qu’ils peuvent maîtriser facilement et utiliser pour construire des applications mises à la disposition des étudiants.

Les composantes de la solution mise au point

La figure ci-dessous montre les principales composantes de la solution mise au point :

Les composantes de la solution mise au point
  1. les logiciels standards de SoftMap ( SoftMap Pro 5 et SoftMap 5);
  2. ÉducaTrousse-professeur, pour la conception des applications;
  3. ÉducaTrousse-étudiant, pour travailler sur les applications conçues par les professeurs;
  4. le dépôt SoftMap, un entrepôt de données ouvert aux différents utilisateurs;
  5. des fonctions d’interopérabilité, pour accéder à d’autres serveurs de données.

ÉducaTrousse-professeur : les outils conçus pour l’enseignant

L’enseignant a plusieurs outils à sa disposition :

  1. un cadre conceptuel pour construire son application : c’est le scénario de son application. Un peu comme pour un site Web, l’application peut être vue comme une chaîne d’éléments (ou de pages) dont la structure forme un scénario. L’enseignant peut utiliser le modèle de feuille de calcul Excel qui lui est fourni pour construire son scénario, ou tout autre outil de son choix. Si son scénario est relativement simple, il peut aussi sauter cette étape;
  2. un éditeur de script : le script est la représentation informatique du scénario. C’est un applicatif développé par SoftMap permettant à l’enseignant de programmer son scénario, sans connaissances préalables en programmation informatique ou en géomatique. La figure ci-contre donne un exemple de l’interface de cet éditeur. Tout se fait par des clics de la souris, avec des instructions en français (ou en anglais);
  3. des fonctions géomatiques : un premier lot de fonctions déjà présentes dans les logiciels SoftMap ont été modifiées pour pouvoir être programmées par l’enseignant. Par exemple, la fonction Aller au signet permet de commander l’affichage d’une carte à une position donnée et à l’échelle voulue, à l’aide du nom donné à cet affichage particulier;
  4. des données géospatiales : ces données géospatiales sont accessibles en ligne dans le dépôt SoftMap ou chez d’autres fournisseurs dont les serveurs répondent à des normes internationales (ISO 19128:2005);
  5. d’autres données utiles : des exemples de guides d’utilisation, des textes, des images, des vidéos, etc., sont mis à la disposition des utilisateurs dans le dépôt SoftMap;
  6. des exemples d’applications : des applications sont accessibles dans le dépôt SoftMap et l’enseignant peut les modifier à sa convenance.
ÉducaTrousse-professeur : les outils conçus pour l’enseignant

ÉducaTrousse-étudiant : l’application que voit l’étudiant

L’application qui résulte de la programmation faite par l’enseignant permet à l’étudiant de suivre le scénario prévu et d’avoir accès, selon les privilèges accordés par l’enseignant, aux ressources du dépôt SoftMap.

ÉducaTrousse-étudiant : l’application que voit l’étudiant La figure ci-contre fournit un exemple d’affichage dans l’application vue par l’étudiant. Une fenêtre multimédia, au bas de l’écran, guide l’étudiant selon le scénario prévu par l’enseignant. Les boutons contiennent les commandes que l’enseignant a programmées, tandis que d’autres applications (Word, Excel, Windows Media, etc.), en arrière-plan, traitent les fichiers que l’étudiant a ouvert à l’aide de ces commandes. L’étudiant a aussi accès à l’ensemble des fonctions SIG du logiciel de SoftMap, qu’il peut utiliser soit parce que le scénario le lui demande, soit simplement parce qu’il veut découvrir par lui-même les données qui y sont associées.

Le dépôt SoftMap

L’accès au dépôt SoftMap se fait dans Internet à l’aide d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Selon les privilèges accordés à l’utilisateur, étudiant ou professeur, celui-ci a accès à certaines données. La figure ci-contre donne un aperçu d’une interface liée au dépôt.

Le dépôt SoftMap

L’interopérabilité, ou l’accès à d’autres serveurs de données

L’interopérabilité, ou l’accès à d’autres serveurs de données L’utilisateur a aussi accès aux serveurs de données à référence spatiale (DRS) qui satisfont à la norme internationale ISO 19128:2005. L’utilisation de cette norme permet la communication et l’échange de données entre systèmes qui, autrement, ne peuvent pas effectuer de telles opérations. L’exemple ci-contre montre la fenêtre d’affichage résultant d’une connexion au serveur WMS d’Agriculture Canada et du choix de l’affichage de la carte de vulnérabilité des sols. L’utilisateur peut non seulement visionner ces données mais il peut aussi créer et sauvegarder un fichier de format GeoTIFF qu’il pourra par la suite utiliser dans son application.

Un concept boule de neige

Les utilisateurs de ces produits vont enrichir progressivement le dépôt SoftMap de nouvelles applications, de documents de référence et d’autres données qui vont augmenter le réservoir de ressources mises à leur disposition. Ce faisant ils rendent sa portée encore plus étendue, pour le monde scolaire comme pour d’autres secteurs d’activité.

Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et plusieurs enseignants de deux commissions scolaires du Québec, ont participé activement à la mise au point de ces outils pédagogiques. Les résultats obtenus répondent à leurs attentes. Ces produits leur sont maintenant offerts dans Internet.

Conception et réalisation du projet

Pierre Bergeron (SoftMap), responsable du plan de commercialisation
Yolaine Chénard (SoftMap), responsable de la conception graphique
Richard Desrochers (Intélec Géomatique), analyste informatique
Claire Gosselin (Synetix), responsable du contenu
Serge Kéna-Cohen (Intélec Géomatique), responsable de l’interopérabilité
Didier Plaisance (SoftMap), responsable des essais
Sylvain Rioux (SoftMap), responsable du développement
Guy Rochon (SoftMap et Envirosat), chef de projet

Partenaires

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Renseignements :

Pierre Bergeron
SoftMap
Téléphone : (418) 523-2929, poste 301
pierre.bergeron@softmaptech.com

Pour en savoir plus sur ÉducaTrousse, cliquez sur l'hyperlien :
http://www.softmaptech.com/fr/volumes/folFR_educaTrousse.html

 

 



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2006