Gouvernement du Québec

GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

Mars 2014

Suivre le dégel des rivières à partir de l’espace

Par Nicolas Gignac et Serge Légaré, ministère de la Sécurité publique

Depuis 2008, le ministère de la Sécurité publique (MSP) effectue une surveillance des rivières sujettes aux problèmes d’inondation par embâcles au moyen de cartes de glace produites en quelques minutes à partir d’images acquises par le satellite canadien Radarsat-2. Ces produits sont issus d’une collaboration entre le MSP, l’équipe de recherche en télédétection du centre Eau Terre Environnement de l’INRS, l’Agence spatiale canadienne et Sécurité publique Canada.

Radarsat-2

Radarsat-2 est un satellite radar commercial canadien de prochaine génération offrant de puissantes capacités techniques novatrices qui permettent de faciliter la surveillance maritime, la surveillance des glaces, la gestion des catastrophes, la surveillance environnementale, la gestion des ressources ainsi que les activités de cartographie au Canada et dans le monde entier.

Image Radarsat-2 de la région de Montréal illustrant les différents types de glace présents.

La surveillance est amorcée depuis déjà plusieurs semaines sur les rivières des Prairies et des Mille-Îles dans le secteur de Montréal. Cette année, près d’une centaine d’images sont prévues au programme d’acquisition qui couvre une vingtaine de rivières, dont les rivières Chaudière, Mistassini, Matapédia, l’Assomption, Saint-François, Châteauguay, Matane, Mitis, Ouelle et Richelieu. Une attention particulière sera portée sur l’ensemble des rivières à risque en raison de l’épaisseur élevée des glaces causée par le temps froid qu’a connu le Québec cet hiver. À cet égard les images prises sur la rivière Mistassini en février dernier montrent des accumulations de glace plus importantes que l’an dernier, à pareille date, dans le secteur de Dolbeau-Mistassini.

Il s’écoule très peu de temps entre le moment où une image est acquise et sa disponibilité pour l’équipe du MSP. Toutefois, ce ne sont pas les images originales qui sont utilisées par les analystes car celles-ci sont difficiles à interpréter pour l’œil humain. Des traitements doivent donc être appliqués afin de les rendre plus loquaces. Ces traitements (procédure IceMAP-R) ont été mis au point au centre Eau Terre Environnement de l’INRS au cours des dernières années, ce qui a impliqué plusieurs sorties sur les rivières gelées, lesquelles ont permis de comprendre les liens entre les phénomènes réels et l’information contenue dans l’image. Au terme des traitements, les différents types de glace sur une rivière apparaissent en des coloris distincts. Cette information, jumelée à d’autres observations, aide les autorités à mieux voir venir les embâcles et les inondations et à prendre les mesures qui s’imposent afin de prévenir les dégâts.

Pour obtenir plus d’information sur le sujet :

 



Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2013