Gouvernement du Québec

 

 

 

GÉOInfo - Chroniques du Québec géographique

Octobre 2006

GéoQuébec :
de la vision à l'action formelle et concertée

Par Michel Paradis

GéoQuébec est un réseau de partenaires qui a pour but l’exportation de la géomatique québécoise. Créé en 1999, il est officiellement devenu, une organisation à but non lucratif (OBNL) le 28 février 2006. Ce changement confère à GéoQuébec un statut mieux adapté à sa mission et rend la nouvelle corporation admissible aux fonds gouvernementaux destinés à l’aide à l’exportation. GéoQuébec a fait du chemin, et ce n’est qu’un début!

La naissance de GéoQuébec

GéoQuébec a pris racine au sein d’un comité du Plan géomatique du gouvernement du Québec (PGGQ). Ce comité insistait sur l’importance d’inviter les experts ministériels à faire équipe avec le secteur privé pour faciliter l’exportation des grandes réalisations en géomatique touchant une foule de domaines d’applications. Par la suite, le comité du Centre de développement de la géomatique (CDG) s’est penché sur la question et a consigné ses constats dans un rapport, publié en 1997 et intitulé « Stratégie pour accroître l’exportation du savoir-faire de l’industrie québécoise de la géomatique ».

En 1998, le CDG a déposé, au Sommet sur l’Économie et l’Emploi, un projet visant à concerter l’action du Québec sur les marchés internationaux afin qu’il puisse se démarquer sur la scène internationale. Le Québec devait promouvoir une offre intégrée et, pour obtenir les marchés convoités, les entreprises du Québec devaient, dans toute la mesure du possible, cesser de se faire concurrence. Un plan d’action fut accepté et la Stratégie d’exportation de la géomatique (SEG) a été lancée le 1er janvier 1999.

On assiste ensuite à la création de GéoQuébec (http://www.geoquebec.org), un groupement pour l’exportation de la géomatique québécoise. Ce nouveau partenariat répondait à un désir unanime des trois secteurs d’expertise en géomatique suivants de pérenniser l’effort conjoint de promotion et d’élaboration d’offres intégrées à l’étranger  :

  • le gouvernement du Québec;
  • l’entreprise privée;
  • l’enseignement et la recherche.

Puis, après six années de travail concerté, les membres de GéoQuébec ont revu son statut afin de pouvoir conclure des ententes avec les gouvernements. Devenue une organisation à but non lucratif (OBNL), elle a pour nouvelle mission :

  • d’agir en réseau de partenaires dans le but de promouvoir à l’étranger le savoir-faire, les produits et les grandes réalisations du Québec en matière de géomatique et de gouvernance territoriale et d’en favoriser l’exportation;
  • de promouvoir l’offre et de faire réaliser des activités de formation professionnelle et technique et de transfert de connaissances dans les projets de géomatique;
  • d’assurer la veille et de diffuser la connaissance des grands marchés internationaux en géomatique et la gouvernance territoriale;
  • de contribuer aux efforts gouvernementaux de coopération internationale en matière de géomatique et de gouvernance territoriale.

 

GéoQuébec a gagné le prix d'excellence de l'administration publique de l'Institut d'administration publique de Québec, dans la catégorie rayonnement international, en novembre 2005. À l'arrière, Luc Gravel (ministère des Ressources naturelles et de la Faune), Bruno Duchesne (Centre de développement de la géomatique), Réal St-Laurent (ministère des Ressources naturelles et de la Faune), Jean-Jacques Chevallier (Université Laval), Pierre Paradis (CEGEP de Limoilou); à l'avant, Christian Giroux (DMR Conseil), Louise Ouellet (ministère des Ressources naturelles et de la Faune) et Michel Paradis (GéoQuébec).
GéoQuébec a gagné le prix d’excellence de l’administration publique de l’Institut d’administration publique de Québec, dans la catégorie rayonnement international, en novembre 2005. À l’arrière, Luc Gravel (ministère des Ressources naturelles et de la Faune), Bruno Duchesne (Centre de développement de la géomatique), Réal St-Laurent (ministère des Ressources naturelles et de la Faune), Jean-Jacques Chevallier (Université Laval), Pierre Paradis (CEGEP de Limoilou); à l’avant, Christian Giroux (DMR Conseil), Louise Ouellet (ministère des Ressources naturelles et de la Faune) et Michel Paradis (GéoQuébec).

L’offre intégrée de GéoQuébec

GéoQuébec est un réseau d'exportation à partir duquel les gouvernements étrangers peuvent obtenir toute l'expertise nécessaire en géomatique appliquée à la gestion et à l'aménagement du territoire. Mais il y a plus, puisque sur le plan du contenu, le Québec a choisi de se démarquer sur la scène internationale en mettant de l’avant un concept d’offre intégrée en géomatique qui va au-delà de la simple contribution de ces trois partenaires. Il s’agit d’un concept élaboré au Québec et qui est vite apparu comme une marque internationale de commerce potentiel. Le concept d’offre intégrée trouve aujourd’hui preneurs sur les marchés internationaux pour une raison fort simple. Les instances décisionnelles des États et les grandes institutions financières internationales prennent de plus en plus conscience de l’inefficacité des solutions partielles jusqu’ici offertes, ainsi que des problèmes administratifs et financiers qu’elles engendrent.

L'offre intégrée permet une vision étendue de la gestion et de l'aménagement du territoire en couvrant les aspects suivants :

  • l'encadrement institutionnel et législatif;
  • le développement des infrastructures informatiques et de télécommunications;
  • la transformation des processus d’affaires;
  • la gestion de l’information numérique;
  • la formation des ressources humaines;
  • le financement des projets.

Cette approche a permis le développement d’un modèle de gouvernance du territoire touchant tous ces aspects.

Participation de Michel Paradis au 1er Congrès ibéro-américain de l'enregistrement foncier, à Lima, en 2003.
Signature d'un accord-cadre de coopération Canada-Pérou, concernant l'implantation d'un modèle de gouvernance en gestion du territoire, en présence de l'ambassadrice du Canada au Pérou, madame Geneviève des Rivières, du Premier ministre du Pérou, M. Pedro Pablo Kuczynski, et du représentant de GéoQuébec, M. Claude Garneau, de DMR Conseil (2e en partant de la droite).

Participation de Michel Paradis au 1er Congrès ibéro-américain de l’enregistrement foncier, à Lima, en 2003.
 

Signature d’un accord-cadre de coopération Canada-Pérou, concernant l’implantation d’un modèle de gouvernance en gestion du territoire, en présence de l’ambassadrice du Canada au Pérou, madame Geneviève des Rivières, du Premier ministre du Pérou, M. Pedro Pablo Kuczynski, et du représentant de GéoQuébec, M. Claude Garneau, de DMR Conseil (2e en partant de la droite).
 

Des résultats tangibles

Accueil d'une délégation du Bureau du registre foncier du gouvernement thaïlandais par des représentants de GéoQuébec : Michel Paradis, directeur général de la corporation, Alain Simard de Foncier Québec, représentant du MRNF, Luc Gravel du PGGQ et Francis Roy de l'Université Laval, représentant de EMERGE.
Accueil d’une délégation du Bureau du registre foncier du gouvernement thaïlandais par des représentants de GéoQuébec : Michel Paradis, directeur général de la corporation, Alain Simard de Foncier Québec, représentant du MRNF, Luc Gravel du PGGQ et Francis Roy de l’Université Laval, représentant de EMERGE.

 

L’objectif de GéoQuébec est d’accroître substantiellement le montant des exportations québécoises de produits et de services géomatiques. Ainsi, les initiatives réalisées à ce jour en matière de promotion, de positionnement et de démarchage ont produit des résultats des plus encourageants.

De plus, GéoQuébec est une occasion d’apprentissage des plus fécondes. L’information recueillie de diverses sources par le truchement de nos activités a confirmé l’ampleur et le potentiel de croissance du marché mondial de la géomatique.

GéoQuébec a fait une avancée majeure en établissant une structure permanente de collaboration en matière de réalisation entre les trois grands partenaires et en assurant le montage des partenariats d’affaires et la définition de leurs modus operandi. Ces retombées assurent la pérennité d’action du Québec en matière d’exportation de la géomatique.

Renseignements :

Michel Paradis
Directeur général de GéoQuébec
418 653-9170
geointegra.paradis@sympatico.ca

Les membres partenaires de GéoQuébec

  • GéoIntégra Inc. regroupe dix entreprises privées québécoises de géomatique qui commercialisent et mettent en application à l'étranger, sous une même bannière, les solutions intégrées de GéoQuébec.
  • EMERGE regroupe huit établissements québécois d'enseignement et de recherche, qui mettent leurs expertises et leurs moyens au service du développement du savoir et des ressources humaines en géomatique dans le monde.
  • L’École nationale d’administration publique (ÉNAP), qui s’est jointe à l’équipe de GéoQuébec en 2005, vient compléter l’action de formation des cadres des pays du Sud aux nouvelles approches en matière de développement durable, de gouvernance territoriale et de gestion intégrée des ressources.
  • Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), responsable du Plan géomatique du gouvernement du Québec, représente le gouvernement du Québec et apporte l'encadrement institutionnel souhaité par les organismes publics étrangers engagés dans la modernisation de leurs services. Il possède une expertise reconnue en géomatique appliquée à la gestion du territoire et des ressources et de la gestion gouvernementale de l'information géographique.

Membres réguliers et membres associés

Les membres réguliers sont les organisations qui contribuent à l’ensemble des objets de la mission de GéoQuébec et qui s'acquittent des obligations établies par le conseil d'administration. Pour devenir membre régulier, toute organisation doit en faire la demande et être acceptée par le conseil d'administration. Les entreprises privées doivent être actionnaires en règle de GéoIntégra inc.

Les membres associés sont les organismes, les associations, les institutions, les universités, les collèges et les ministères qui désirent contribuer à un ou des objets spécifiques de la mission de GéoQuébec et qui s'acquittent des obligations établies par le conseil d'administration. Pour devenir membre associé, une organisation doit en faire la demande et être acceptée par le conseil d'administration

Le financement

GéoQuébec reçoit l’appui financier et logistique de différents organismes :

  • le ministère québécois du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et Développement économique Canada contribuent au financement du plan d’action de GéoQuébec;
  • l’Agence canadienne de développement international (ACDI) et l’Agence spatiale canadienne complètent ce financement par des participations à des projets spécifiques;
  • le ministère des Relations internationales du Québec, le ministère canadien des Affaires étrangères et Ressources naturelles Canada fournissent un appui logistique aux opérations de GéoQuébec à l’étranger.

Le conseil d'administration de GéoQuébec

Le conseil d’administration est composé d’au moins sept représentants des membres réguliers dont un représentant du secteur de l’enseignement et de la recherche en géomatique et un représentant du secteur public.

Le conseil est constitué des personnes suivantes :

  • M. Christian Giroux du groupe DMR Conseil, président du conseil d’administration de la corporation;
  • M. Pierre Vincent, président de ViaSat Géotechnologies, vice-président du conseil d’administration de la corporation;
  • M. Françis Roy, professeur à l’Université Laval, secrétaire-trésorier du conseil d’administration de la corporation;
  • M. Serge Kéna-Cohen, président d’Intélec Géomatique inc.;
  • M. Pierre Paradis, responsable des relations internationales, Cegep de Limoilou;
  • Mme Louise Ouellet, sous-ministre associée, Foncier Québec, MRNF;
  • M. Réal St-Laurent, directeur général de l’information géographique au Secteur du territoire, au MRNF, et président du comité directeur du PGGQ.

M. Michel Paradis est le directeur général de la Corporation.

 




Portail du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2006